Créé par le 07 juin 2009 | Dans : Non classé

Chère Sophie-Pépito,

Oui, j’avais répondu à cette question sur le blog, avant que vous ne me la posiez hier à l’Espace Culturel. Je ne sais pas si la réponse de l’article vous satisfait. Il n’est pas évident de trouver les raisons qui poussent à écrire, elles sont en nous, je crois. J’ai beaucoup de plaisir à écrire, et en fait, je ne me demande pas pourquoi je le fais. Je ne réfléchis à cette question que quand elle m’est posée… Et, je ne pense pas avoir vraiment trouvé l’explication au  » pourquoi j’écris ? ». ça viendra, peut-être, avec le temps.

Je vous remercie de votre visite, hier. Et quand vous aurez lu l’Orchidée, vous me laisserez votre petit commentaire, si vous le voulez bien.

à bientôt.

 

 

Je suis heureuse, Valérie, que…

Créé par le 11 mai 2009 | Dans : Non classé

l’Orchidée retienne votre attention.

Marie est fragile et forte à la fois, c’est vrai, comme beaucoup de femmes, et surtout comme beaucoup de mères.

Les enfants nous obligent à être fortes, à nous dépasser, à ne pas nous écouter aussi, parfois à tort.

J’espère que le livre vous retiendra jusqu’à la fin.

à très bientôt.

 

 

Réponse à Christine

Créé par le 28 mar 2009 | Dans : Non classé

Le commentaire est bien posté Christine…

Mais il ne faut plus oublier de dîner pour lire l’Orchidée… La maman de Gabriel a des enfants formidables, n’est-ce-pas ? Marie aussi. C’est en eux et pour eux qu’elle a trouvé la force de continuer à vivre. Ils sont la raison de son sacrifice. Marie n’est pas un cas isolé. Nombreuses sont les femmes, qui d’une manière ou d’une autre, renoncent à bien des bonheurs uniquement pour le bien-être de leurs enfants.

Mais nous en reparlerons, Christine, quand l’Orchidée sera entièrement « dévorée »…

à très bientôt.

 

Réponse à Lucie

Créé par le 09 mar 2009 | Dans : Non classé

Tu es la première, Lucie, à évoquer la dernière phrase du livre.

Je n’écris là que les derniers mots : « … le retour à la vie. »

C’est la leçon, je crois, qu’il faut tirer de l’Orchidée. Après la douleur physique, la souffrance morale, il y a un retour possible à la vie. Encore faut-il y croire, parfois, pour surmonter les épreuves et « sortir la tête de l’eau. »

Tu me dis que tu es fière de moi, Lucie… Merci. Mais tout ceci c’est aussi grâce à toi, et tu le sais, grâce à Sébastien, à Sylvie, à James, à Kevin… parce que vous avez su me pousser à aller au bout, parce que vous croyez en moi… C’est super de partager cette aventure avec vous.

 

message de Lucie

Créé par le 09 mar 2009 | Dans : Non classé

Et voila c’est les yeux rouge et plein de larmes que je fini l’orchidée !!! 

Marie est un petit bout de femme très généreuse gentille attentionnée sensible  en vers tout le monde, reste simplement qu’elle pense  un peu a elle de temps en temps ! 

Que pour arrivé là ou Marie est maintenant il lui as fallu bien plus que du courage et du’une force de caractère mais d’être un être entier et vrai  !!! 

Malgré quelques pleurs j’ai eu des moments de sourire des phrases des anecdotes des expressions qui nous rappellent des souvenirs!

j’aime beaucoup la derniere phrase je trouve quelle fini le livre d’un ton songeur penseur ,reveur ….

Que de fierté que de lire un livre écrit par les mains du’une amie. 

Je suis très fier de toi et du courage que tu as eu pour écrire et publié ce livre félicitation mais ça je te l’ai déjà dis je crois !!!! 

J’attends avec impatience de lire un prochain livre !!! 

Réponse à Virginie

Créé par le 07 mar 2009 | Dans : Non classé

Si l’Orchidée est une page de vie, si elle peut aider les autres à faire le point sur leur vie, j’en serai heureuse…

Maintenant il faut que Marie tire la leçon de cette « page de vie », et effectivement, il est grand temps qu’elle pense un peu à elle…

Je t’embrasse Virginie.

 

Créé par le 07 mar 2009 | Dans : Non classé

salut¡ j’ai trouvé ton blog interessant et très joli, j’ai besoin de me contacter avec des poètes et prosistes en français. Je viens de construire mon blog, et je suis encore à le contruire. J’espère ça vous plaît¡

merci. ana
je vous invite
http://anarosabustamanteduchili.unblog.fr
http://anarosabustamantevaldiviachile.blogspot.com
ana rosa
Ana, merci pour tes compliments.

je publie ton lien sur le blog, afin de le faire partager à d’autres…

 

 

le commentaire… surprise !

Créé par le 04 mar 2009 | Dans : Non classé

WAOUHHHHHHH!
J’ai été très heureuse à l’idée de lire une oeuvre écrite par une amie d’école!!!!
J’ai dévoré ton livre et l’ai terminé….en larmes !!!!
Que d’émotions!
Une partie de toi dans ce livre …mais aussi une tranche de nos vies!
Des moments vrais ,des émotions qui nous parlent!
Bravo Carole!A quand le prochain?
En attendant ,où et quand peut on acheter un exemplaire de L’Orchidée (pour l’offrir cette fois)?
Bisous
Sophie

Merci Sophie.

Je trouve très drôle la manière dont tu as découvert l’Orchidée, ça m’a fait beaucoup rire. Comme quoi le monde est petit, et comme quoi le hasard…

Tu écris  » des tranches de nos vies, des moments vrais, des émotions qui nous parlent », cela me touche beaucoup. J’apprécie.

Le prochain, ce n’est pas la suite de l’Orchidée, est déjà écrit… Mais sa publication dépendra du succès de l’Orchidée. Il est difficile de se faire une place dans le monde du livre, et de l’édition. Je compte donc sur la publicité que chacun peut faire dans son entourage, pour faire connaitre le roman, et donner un petit coup de pouce aux ventes.

Quant à la suite de l’Orchidée, je la construis…

Concernant ta question, l’Armitière à Rouen, vend l’Orchidée. La Fnac ne devrait pas tarder à le référencer, mais ce n’est pas encore fait.

Je t’embrasse Sophie, à très bientôt…

 

 

Merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Linda !

Créé par le 02 mar 2009 | Dans : Non classé

Moi, j’aime bien dire merci…

Sans les autres, nous ne sommes rien. Alors, lorsqu’il y a autour de nous des personnes qui apportent leur aide, leur soutien, il est important de dire merci.

Alors merci Linda.

 

en réponse au commentaire de Véronique L.

Créé par le 02 mar 2009 | Dans : Non classé

Merci Véronique pour ce commentaire détaillé.

Pour la première fois, je crois, un commentaire évoque les enfants, et la difficulté des rapports parents-enfants… Les enfants sont très présents dans l’Orchidée, et comme Marie a trois enfants très différents, elle doit faire face à des problèmes et à des conflits variés. Elle se pose des questions que nous nous posons tous et toutes, je crois. Comme de nombreuses mamans d’aujourd’hui, elle est soucieuse d’établir des liens de complicité avec ses enfants, tout en gardant son rôle de mère, essayant d’user d’autorité, sans en abuser.

En retour, elle reçoit de la part de sa fille et de ses fils, énormément d’amour. Et c’est ce qui lui permet de tenir dans un quotidien où les sentiments lui font cruellement défaut.  

Alors comme elle aime ses enfants plus que tout au monde, Marie sacrifie sa vie pour eux. Tous les choix de Marie sont conditionnés par la pensée de ses enfants. C’est ainsi qu’elle en oublie de vivre… Jusqu’au jour où…

Jusqu’au jour où… Et c’est là que je reviens, Véronique, sur ce que tu as écrit concernant le personnage d’Etienne…. Il est possible qu’il apporte une note « à l’eau de rose », une part de rêve, une note « fleur bleue ». Mais dans le roman, il n’est pas conçu ainsi. Il est celui qui fait basculer toutes les certitudes de Marie… Et même s’il ne reste présent qu’en pointillés dans toute l’histoire, il est tout de même celui qui bouleverse la vie de cette femme…

La quarantaine reste l’âge fragile pour bien des couples… Et même si elles ne l’avouent pas, nombreuses sont les femmes, qui comme Marie, ont pu être interpellées par une rencontre avec un parfait inconnu, qui ont pu être destabilisées par un seul échange de regards… Celui d’un homme qu’on croise dans le métro, et qu’on ne revoit jamais… Celui qu’on rencontre au parc en allant faire un footing… Bref, celui qui, à un moment donné, fait que l’on doute, fait que la routine du couple nous semble pesante… Assez souvent ces rencontres n’aboutissent pas… L’inconnu reste un parfait inconnu… Celui qui donnera l’occasion de rêver un peu, avant de retourner au quotidien…

J’écoute beaucoup ce que disent les femmes, quand elles osent parler… C’est ce qui nourrit mon imagination.

A très bientôt Véronique, bises, à partager avec Sophie bien sûr.

 

 

123

yadieuquirapplique |
puzzle d'une vie |
Post scriptum |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | catherinerobert68
| Thoughts...
| livres d'occasion bouquinsd...